Villes Architectures et Territoires

Département VAT – École Nationale Supérieure d'Architecture de Paris Malaquais / "Cities Architecture Territories" Department

PFE(2012) – Comment organiser la relation entre l’homme et la nature ? – Pauline Borgia

Une étude sur les nouvelles fonctions et évolutions du zoo m’ont permis de développer mon projet. Aujourd’hui le zoo expose la faune ET la flore réunies :  un écosystème est une chaîne composée de différents maillons ; il est fondamental d’en protéger l’ensemble. L’animal devient alors l’« ambassadeur émouvant » d’écosystèmes où les hommes et les bêtes ne savent plus vivre ensemble. Il est le meilleur vecteur de communication d’un écosystème tout entier : l’être humain s’identifie.

Selon l’idée qu’il faut d’abord aider les hommes pour réussir à sauver la nature, mon projet comprend l’hypothèse du zoo ; réveiller l’intelligence de l’homme pour construire un contrat solide entre lui et le milieu naturel. Je me suis alors appropriée le sujet du zoo et  l’ai généralisé à l’échelle d’une ville qui est Paris. J’ai pensé mon projet comme une seconde couche qui s’ajoute SUR la ville et dont la préoccupation est la biodiversité. Cette seconde couche, ré-intégre à la ville une nature spontanée dans un espace très artificiel.

Cette couche est faite de réseaux qui relient différents espaces de la ville capable de muter (cours de récréation, pieds d’arbres, lampadaires, cimetières, jardins, squares…). Ces réseaux sont incarnés par le mouvement de l’animal et c’est en ça qu’il révèle l’affect chez l’homme. Le réseau de la nature et entremêlé au réseau des hommes.

Pour créer et intensifier ces réseaux il faut mettre en place des points d’inflexions qui sont révélés par des objets types. Mon projet propose le déploiement d’un certain nombre d’objets à disposer dans la ville et qui sont des objets multipliables et adaptables selon différents scénarios.

  • Ces objets permettent le passage d’un objet à l’autre ; ils fabriquent le réseau.
  • Ces objets augmentent le réseau : ils sont des points d’intensités où la nature se développe particulièrement.

Il existe l’espace de la ville et l’espace de la nature. Mon projet se situe là où ville et nature se rencontrent. C’est l’espace où la ville se tord et se tend vers un troisième territoire ou l’homme et la nature cohabitent et ré-apprennent à vivre ensemble.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 septembre 2012 par dans Diplomes, Projets, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :