Villes Architectures et Territoires

Département VAT – École Nationale Supérieure d'Architecture de Paris Malaquais / "Cities Architecture Territories" Department

Territoires de projet : vers le PFE – Studio (P10)

Encadrant responsable : Patrick Henry.  Autres encadrants : Marc Armengaud, Anne Bossé, Pierre David, Valéry Didelon, Patrick Henry, Bruno Hubert, Loïse Lenne, Steven Melemis, Amélie Nicolas, Ariane Wilson, enseignants encadrants

 

Objectifs

Le programme de PFE de VAT s’intéresse à la conception de projets de toutes échelles spatiales, conçues toujours dans une intelligence du territoire.  Dans la perspective de la préparation d’un Projet de fin d’études (PFE), comment alors mobiliser les savoirs et les outils qui permettent à un architecte d’agir singulièrement sur un lieu ? Quelles que soient les dimensions du lieu délimité et justifié par l’étudiant, l’on prendra en compte les flux de biens et de personnes, les temps de développement du milieu habité et de ses usages, les règles économiques et politiques, les acteurs et agents, les données paysagères et environnementales, etc.

Cet enseignement Vers le PFE (T9-P10-R10) est le cadre d’un travail personnel à travers lequel l’étudiant se positionne en conscience sur des enjeux contemporains très divers, et formule une manière de faire projet qui lui est propre.  Il s’agira d’établir une position critique et théorique d’architecte. Pour cela les étudiants choisiront des sites qu’ils peuvent visiter aisément ou dont ils ont une parfaite connaissance qui leur permet d’en restituer la matérialité. À titre d’exemple, depuis trois ans des PFE ont donné lieu a des prises de position sur des situations aussi diverses qu’une nouvelle topographie métropolitaine avec le recyclage des remblais des chantiers du Grand Paris Express, un lieu de villégiature en Île-de-France (Goussainville), des territoires infrastructurels obsolètes à Montréal autant qu’à Athènes, et des espaces commerciaux, résidentiels ou industriels en mutation en Europe et en Asie.

L’étudiant devra faire preuve d’autonomie en soumettant son travail au débat critique et en participant ainsi à l’élaboration d’une pensée collective.  Les trois enseignements T9, R10 et P10 constituent une séquence cohérente organisée dans ce but.  Chacun a ses modalités spécifiques et complémentaires.  Dans les trois cas, il y a aura des participations ponctuelles de l’ensemble des enseignants de VAT (et parfois des invités aussi), ce qui permettra aux étudiants de profiter autant que possible des compétences que le département offre.

 

Contenu

L’exigence du P10 de VAT porte sur la capacité de l’étudiant à interroger les contextes (les lieux, les acteurs, etc.) et à proposer des positionnements contemporains et situés.

Les projets attendus partageront une vision transversale des enjeux critiques d’un projet de territoire, dont on peut citer trois critères qui stimulent nos enseignements :

– Se positionner sur des situations de crises dans lesquelles l’intervention de l’architecte dépasse la stricte intervention construite et interroge toutes les échelles.

– Redéfinir les moyens de l’intervention avec peu de moyens ou autrement, en adoptant une forme de frugalité et d’économie inventive.

– Investiguer des configurations qui échappent aux cadrages administratifs et opérationnels éprouvés : agir hors champs en éprouvant les limites de la pratique architecturale et urbaine.

 

Les projets doivent pouvoir articuler processus de mise en œuvre et hypothèses de transformation quelle que soit l’échelle spatiale ou temporelle des types d’intervention.

La proposition devra être suffisamment détaillée pour restituer de façon précise la nature des sites et celles de leur transformation.

 

Modes d’évaluation

Le P10 est organisé selon un certain nombre de séances et de rendez-vous (et non « à la carte », voir planning joint) selon un rythme amenant progressivement à l’autonomie totale attendue pour le PFE.

Celui-ci prévoit une critique un mercredi sur deux, avec des affichages réguliers en présence d’enseignants n’encadrant pas le travail.

 

Le PFE est un moment où l’étudiant travaille totalement seul pendant 3 semaines, faisant la synthèse des deux semestres et aboutissant certains éléments du projet. Son mémoire (R10) doit lui servir à la fabrication de sa présentation orale.

Une séance de préparation à l’oral sera programmée dans la période du PFE.

 

L’évaluation du P10 s’appuie sur la présence, la participation et la critique lors des jurys intermédiaires et final.

L’absence répétée à ces séances et jurys (3 absences non justifiées en P10 ou R10) et l’absence d’avancement dans le travail au bout de 3 semaines conduiront à l’exclusion des enseignements et l’impossibilité de présenter le PFE.

 

Travaux requis

Les affichages des projets se font sous forme d’installation (allant au-delà du panneau de présentation – voir T9) contenues dans un volume de 15m3.

Ces installations témoignent du travail produit à l’initiative de l’étudiant, de son esprit critique et de sa prise d’autonomie en vue du PFE. Elles permettent la discussion et la critique avec les enseignants et membres du jury.

 

Bibliographie

Neil Brenner (dir.), Implosions/Explosions. Towards a Study of Planetary Urbanization,

Berlin : Jovis, 2014.

  1. Caraës, J. Lauxerois, N. Marchand-Zanartu Images de pensée. Réunion des musées nationaux, 2011.
  2. Allen et A.B. Hirsch (éd), The Landscape Imagination. Princeton Architectural Press, 2014.
  3. Fromonot, « Manières de classer l’urbanisme », dans Criticat, no. 8, septembre 2011.
  4. Latour, Enquête sur les modes d’existence. La découverte, 2012.

Tufte Edward, Visual Explanations: Images and Quantities, Evidence and Narrative. USA, Graphics Press, 1998.

  1. Urry, Sociologie des mobilités (titre d’origine en anglais ; Sociology without Society). Armand Colin, 2005.

vatmalaquais.wordpress.com (site du département VAT)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :