Villes Architectures et Territoires

Département VAT – École Nationale Supérieure d'Architecture de Paris Malaquais / "Cities Architecture Territories" Department

Anne BOSSÉ

Architecte – Docteure en géographie

Maître-assistante titulaire 2nd Classe, Champ Villes et Territoires.

Enseignements Ensa PM :

  • P5 « Visions périphériques »
  • R7/8/9 « Le paysage mondial des villes. Un atlas partagé »
  • D4 Le public et ses espaces
  • R10

 Formation :

  • 2003, Licence de sociologie (Université de Nantes)
  • 2004, Architecte DPLG (Ensa Nantes)
  • 2005 Master 2, Villes et territoires (Université de Tours).
  • 2010, Doctorat de géographie, Université de Tours, directeur Michel Lussault

 Autres activités :

Chercheure au LAUA, ENSA Nantes.

Publications récentes :

Villagexpo. Un collectif horizontal (avec Marie Laure Guennoc), Créaphis, 2013.

« La visite, une approche microspatiologique », Les Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, n°26/27, Trajectoires doctorales, novembre 2012.

« Construire une mosquée, se faire une place dans la ville » (avec Elisabeth Pasquier), Place publique, septembre-octobre 2012

« Agrestic, ton univers impitoyable. La série américaine Weeds », Metropolitiques, 4 novembre 2011. URL : http://metropolitiques.eu/Agrestic-ton-univers-impitoyable (avec Laurent Devisme).

Recherches :

En cours. Pour le PUCA, dans le cadre du « Périurbain à l’urbain », projet de recherche intitulé « Péri-ville invisible ? Enjeux et outils d’un urbanisme descriptif » (direction scientifique Laurent Devisme). Collaboration avec Myriam Héaulmé, photographe. « Artifice photographique, artefact à narration ». Un espace-pretexte est le territoire original d’investigation : les rues du bois de Nantes métropole. Le protocole de travail mobilise écriture et photographie. De cet artifice initial (dans les rues du bois nous cherchons le bois) donnant lieu à un arpentage intensif du terrain, s’élabore une méthode scrupuleuse de poursuite de l’enquête (nous étions dans le périurbain voici ce que l’on peut en rapporter).

Novembre 2013. Pour le PUCA, POPSU 2 (Plate-forme d’Observation des Projets et Stratégies Urbaines). Contribution intitulée La régulation par l’interaction. En quoi la proximité est-elle régulatrice ?

Résumé : La régulation située comme une des modalités de la régulation territoriale contemporaine est abordé par un travail d’enquête sur le dispositif de Gestion Urbaine de Proximité, comme dispositif incarnant les vertus portées par l’institution de la proximité. L’observation ethnographique d’actions communes permet de mettre en évidence les effets de ces interactions sur la manière dont l’action publique se fait, se défait, se réorganise. La régulation par la gestion s’impose en effet comme un moteur des transformations de l’action publique, notamment parce qu’elle favorise le soulèvement et l’exploration de problématiques. Cette enquête montre alors que l’interaction fabrique autant de l’égalité à participer et à soulever ces problèmes que de la contrainte relationnelle à agir. La GUP s’avère finalement un dispositif de participation des habitants dans la proximité qui questionne l’action publique entre gérer pour et gérer avec.

Mai 2012. « L’espace public au contact de l’islam », recherche comparative (Nantes, Angers, Saint-Nazaire) pour la Région des Pays de la Loire, avec Elisabeth Pasquier.

Résumé : La première partie analyse les différents effets de contexte qui agissent sur notre objet, qu’il s’agisse de la dimension mondialisée de l’islam et des relations complexes entre champ politique et religieux au niveau national et bien sûr local. La reprise des histoires migratoires concernant l’islam permet de décrire la naissance et le développement du champ associatif des populations migrantes et d’analyser comment des personnes qu’elles appartiennent à la sphère politique ou technique, se sont trouvés en position de devoir répondre aux demandes concernant la construction de l’islam. La seconde partie porte sur les négociations autour des premiers lieux de prière, des espaces d’inhumations, de la négociation d’espaces municipaux à des fins culturelles et cultuelles. Les interprétations de la loi de séparation de 1905, socle de ces premières négociations sont analysées pour l’ensemble des acteurs impliqués. L’analyse détaillée des processus de négociation autour des constructions neuves renseigne un jeu d’acteurs élargi aux architectes et urbanistes afin d’interroger les processus d’acculturation et l’émergence de régimes urbains cosmopolites.

AUTRES:

2008 : Projet mentionné Europan 9 « la Ville de plus près », site de Bordeaux. Mandataire de l’équipe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :